Quels étaient les objectifs de ce diagnostic territorial ?

Jean-Christophe Nani

En tant que paysagistes, nous avons voulu grâce à ce diagnostic comprendre l’inscription géographique, historique et territoriale du site. Nous avons cherché à identifier les dynamiques naturelles de long cours, ce qui concerne l’infrastructure hydraulique, le relief ou encore la trame verte qui encercle la ville. En identifiant ces fondamentaux, nous saurons inscrire le projet dans une continuité, l’ancrer dans son terroir et retrouver ce qui fait l’ADN profond de Bussy Saint-Georges.

Tae-Hoon Yoon

Le diagnostic nous a permis de comprendre comment cette ville s’est construite, dans l’axe du château de Guermantes. Toute la question est maintenant de savoir comment se raccrocher au passé pour doter la ville d’une identité. Pour travailler sur cette question, nous initions une démarche de concertation, pour associer les habitants.

JCN

Des valeurs fortes sont associées à cette commune, avec une grande attention portée au cadre de vie, à la présence de la nature… Il va nous falloir trouver le moyen d’incarner ces valeurs.

Quelles pistes d’aménagement se dessinent aujourd’hui ?

THY

Si nous filions une métaphore cinématographique, je vous dirais que nous distinguons à ce stade ce qui relève du travelling horizontal des plans séquences : ce qui se verra depuis l’autoroute devra mettre en scène un paysage urbain perceptible en 30 secondes, par un automobiliste qui roule à 110 km/h sur l’A4. Ensuite, une fois qu’on quitte l’autoroute et qu’on s’engage sur le boulevard de Lagny, la succession des ronds-points et une vitesse moindre appellent un autre aménagement, plus vertical.

JCN

En termes d’aménagement paysager, nous avons imaginé 4 séquences, qui reprennent les éléments fondamentaux du diagnostic et qui sauront rythmer l’axe qui relie l’autoroute au centre-ville. Une première séquence « oxygénante » mettra en scène l’entrée de ville, avec de grands arbres et une végétation très généreuse ; puis il pourrait y avoir une séquence composée de vergers, pour faire écho à la ceinture agricole ; suivie d’un axe hydraulique, avant la conception d’un espace de lisière et d’articulation avec le parc existant.

THY

Nous devrons être attentifs à développer la ville des deux côtés du boulevard de Lagny, pour que dès la sortie de l’autoroute, la sensation de rentrer dans la ville s’impose, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Nous voulons doter cette entrée d’une porte, matérialisée par un bâtiment emblématique. Quant à l’architecture que nous privilégierons, nous souhaitons qu’elle se distingue par la qualité de ses matériaux et la générosité de ses volumes et de ses ouvertures. Nous ne voulons pas être dans la contradiction avec ce qui existe, ni être dans la répétition, mais plutôt trouver un vocabulaire qui permette la réinterprétation. Il faut apporter quelque chose de contemporain, tout en respectant les codes en vigueur, pour que les habitants s’y retrouvent et se sentent bien dans ce nouvel espace.