Un urbanisme favorable à la santé

Construire une ville durable et promouvoir un urbanisme favorable à la santé font partie des priorités du projet. Celui-ci se veut d’autant plus attentif à ces problématiques qu’il concerne un territoire proche de l’autoroute.

Déterminés à faire de la santé l’un des éléments clé de la conception du nouveau quartier d’entrée de ville, EpaMarne a missionné le bureau d’étude AIA Environnement, chargé de la mise en œuvre de la démarche
« Urbanisme Favorable à la santé », en collaboration avec l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France, experte en politique de santé publique.

Identifier les bons leviers

Complémentaire du projet urbain, architectural et paysager, confié à l’agence Sathy, cette démarche très innovante s’est tout d’abord traduite par la réalisation d’un diagnostic socio-sanitaire et environnemental du territoire : réalisé par deux bureaux d’étude, spécialisés sur la qualité de l’air et les nuisances sonores, ce diagnostic et l’analyse qui en a été faite ont non seulement permis d’identifier les enjeux sanitaires prioritaires, mais aussi d’établir des préconisations pour que le projet urbain favorise le bien-être physique, mental et social des futurs habitants.

Faire écran

Différents ajustements, destinés à répondre aux enjeux identifiés ont ainsi été intégrés au plan guide d’aménagement. Ils concernent, par exemple, la volumétrie et la continuité du bâti, qui doivent permettre de préserver le quartier des nuisances sonores de l’autoroute, mais aussi le choix des essences végétales, en fonction de leur capacité à absorber les pollutions.
Les préconisations portent également sur la continuité et la qualité sensorielle des parcours piétons et cyclistes, pour rendre les mobilités douces plus attractives, y compris dans ce secteur proche de l’autoroute.

© SATHY

Des espaces extérieurs bienveillants

Le quartier devra, par ailleurs, soigner les transitions entre espace public et espace privé, intégrer des équipements pour inciter à la pratique sportive régulière et à une alimentation saine, ou encore concevoir des espaces extérieurs adaptés aux populations fragiles. Enfin, toute une réflexion sera menée pour corréler les usages extérieurs aux ambiances climatiques et aux spécificités environnementales du site (qualité de l’air, acoustique…).

Réduire les nuisances sonores et les pollutions, favoriser les déplacements doux et une bonne hygiène de vie constituent les priorités du projet.